Paris Print Fair

Vue d’ensemble (Cl. Maxime Préaud)

« Paris Print Fair »
Réfectoire du Couvent des Cordeliers
15 rue de l’École de médecine75006 Paris
21 au 24 mars 2024

La troisième édition du « Salon de l’estampe / Paris Print Fair » organisée par la Chambre syndicale de l’estampe, du dessin et du tableau, CSEDT, se tient dans le Réfectoire du couvent des Cordeliers à Paris (VIe) du 21 au 24 mars. L’inauguration qui a eu lieu le mercredi 20 mars a permis à beaucoup de gens du monde de l’estampe, qu’il s’agisse de graveurs, de marchands ou d’amateurs de commencer à découvrir les richesses proposées par les vingt galeries présentes : douze françaises et huit étrangères, toutes évidemment d’excellente réputation. Il faut féliciter le président de la Chambre syndicale, Christian Collin, et sa collaboratrice Nathalie Béreau, pour la qualité de l’ensemble.

Chaque stand montre des pièces de grande qualité, et quasiment toutes les stars de l’estampe et de son histoire figurent sur les cimaises et dans les cartons. Mais il y a aussi quelques intéressantes surprises, dont je ne mentionnerai ici que les quelques exemples qui m’ont frappé, moi ― il s’agit donc d’une opinion particulière.

Une autre vue d’ensemble (Cl. Maxime Préaud)

Chez Christian Collin sont montrés, dans les cartons, deux feuilles d’almanachs agrémentées de gravures en bois éditées à Marseille en 1657 et 1668, je crois d’une rareté insigne. Il y a aussi, sur la cloison, un magnifique gros chien, « Pas commode ! », dû au talent singulier de Louis-Napoléon Lepic.

Chez Nathalie Béreau, quelques pièces un peu compliquées mais intéressantes d’Anaïs Charras, et un bel ensemble d’estampes d’une série de « Palimpsestes » de Caroline Bouyer, à sujets forestiers, manifestant une recherche continue. La fidèle Madame Rumbler présente, entre autres chefs-d’œuvre classiques, une belle estampe du graveur autrichien Franz Sigrist (1727-1803), « Loth et ses filles ». À la galerie Stéphane Brugal, de Pont-l’Abbé, une magnifique « Douleur au pays de la mer », estampe en couleurs de Charles Cottet, semblable à une déploration du Christ. Chez Sarah Sauvin, une intéressante version coloriée (coloris d’époque semble-t-il, XVIe siècle) d’une Tentation de saint Antoine d’après Jérôme Bosch. Chez Didier Martinez, un splendide autoportrait de Georg Jahn au travail en 1908.

Le stand des « Amateurs d’estampes » (Cl. Maxime Préaud)

J’ai aussi remarqué, dans le petit stand réservé à l’association des « Amateurs d’estampes », outre une belle vue de la gare Saint-Lazare depuis le pont de l’Europe par Corinne Lepeytre, une jolie « Marchande de poissons à Majorque » par Hermine David (1886-1970).

Maxime Préaud