Estampe et sérigraphie

Affiche de l’exposition (Cl. Claude Bureau)

« Atelier Éric Seydoux », exposition
BnF – François Mitterrand
Galerie des donateurs
21 novembre au 21 janvier 2023

Éric Seydoux (1946-2013) a débuté sa carrière d’imprimeur et éditeur sérigraphiste en étant une des chevilles ouvrières de l’« Atelier populaire de l’École des Beaux-Arts ». Il contribua ainsi à faire entrer l’art de l’estampe sérigraphiée dans l’Histoire comme en témoignent deux des « affiches de mai 68 » exposées dès l’entrée de l’exposition. La « Galerie des donateurs », située dans la coursive côté Seine de la bibliothèque François Mitterrand est donc une nouvelle fois consacrée, sous la houlette de Céline Chicha-Castex et Cécile Pocheau-Lesteven, conservateurs au département des estampes de la BnF, à un atelier d’impression d’estampes, des sérigraphies1 en l’occurrence. Malgré la surface restreinte de cette galerie de 90 m², les deux commissaires ont su mettre en valeur la diversité des estampes qui ont vu le jour dans l’atelier d’Éric Seydoux, tant dans leurs formats que dans les coffrets ou les livres édités présentés dans des vitrines au milieu de la salle.

« City lights », Shirley Jaffe, L’Atelier d’Éric Seydoux, 1996,
BnF, département des Estampes et de la photographie,© Adagp, Paris 2023

Le grand intérêt, au-delà de la qualité des artistes édités, tels Pierre Buraglio, Loustal, Floc’h, Lorenzo Mattoti, Yves Challand, Paul Cox, Christophe Cuzin, Hélène Delprat, Shirley Jaffe, Bernard Moninot, Claude Viallat, etc., de l’accrochage est de montrer que le support papier, bien que restant majoritaire, n’est pas le seul où l’œuvre sérigraphiée puisse se matérialiser comme le tissu, le plastique ou l’aluminium, etc. Ces supports peuvent ainsi créer des objets décoratifs ou architectoniques qui prolongent la présence de l’image dans l’espace public ou privé.

« Pistils » en bleu de Frédérique Lucien (Cl. Atelier Éric Seydoux)

Contrairement à un préjugé couramment répandu qui sous-entend que la sérigraphie ne serait que l’art des aplats de couleur, cette exposition met en lumière un autre aspect de cette manière d’imprimer. Elle peut, et là résidait tout le talent et la maîtrise d’Éric Seydoux, rendre avec une infinie subtilité les plus fins détails et nuances des desseins de l’artiste qui a fait ces choix expressifs. Ainsi, par exemple, les restituent, dans des petits formats, les sérigraphies des quatre « Pistils » bleus sur papier Bible ou celles des sept « Pistils » toutes en nuances légères de noirs et de gris de Frédérique Lucien qui fréquenta l’Atelier Éric Seydoux et dont elle dit : « Éric possédait ce souci du détail, cette justesse et cette compréhension des œuvres, des objets, du travail de l’artiste… Il était un technicien hors-pair car pas que technicien. »

La variété des œuvres présentées ici exige de prendre son temps et de conserver une attention soutenue afin de pouvoir pénétrer dans les mondes de chacun des artistes que ce maître sérigraphiste a eu à cœur de servir.

Claude Bureau

1 – Pour en savoir plus sur la sérigraphie (voir ici) : https://www.vuetlu.manifestampe.net/estampe-serigraphiee/